Rencontre avec Olivier Gerval

Charismatique, dynamique, toujours dans le renouvellement, Olivier Gerval sait aiguiser l’œil de bon nombre de personnes, que cela soit par le biais de la mode, du design, de ses livres ou bien, et surtout de sa production artistique.

Son fer de lance de réussite est son art de transcender la matière et les matériaux auxquels, il insuffle la vie (tissus, métal, la fibre de verre).

Son œil porte un regard très sensible sur le monde. La vie, les océans et les rivières qui rappellent la fuite du temps, trouve un écho vibrant dans ses créations. Monde Onirique et Symboliques sont cristallisés derrière la limpidité du voyage qu’il inspire au spectateur….

Au carrefour du monde, Olivier Gerval nous ouvre ses portes subrepticement, momentanément, toujours avec cette passion de la découverte permanente.

Portait d’un Eclaireur averti…

Éléments : Extrait du livre Matières et matériaux/ Jean-Claude PRINZ / Olivier GERVAL / mai 2012

Page 130/

« Olivier Gerval est diplômé de l’École supérieure des arts appliqués de Paris, il est attiré par l’art, le design, la mode et la communication, qu’il considère tous comme essentiels à l’évolution de son travail. Il fédère très tôt ces divers centres d’intérêt, qu’il développe en symbiose, sans tenter de privilégier l’un d’entre eux. C’est toutefois la sculpture et le design qui l’emportent au début de sa carrière professionnelle, surtout durant les années où il réside au Japon (1991-2003). Sculpteur, il emprunte à la mode les techniques de coupe des vêtements pour les appliquer au travail du métal brut et de la fibre de verre. Créateur d’objets de design, il intègre la lumière à ses colonnes en acrylique et à ses paravents. En 1999, le photographe Izima Kaoru lui

consacre un livre, Shadows and light. Olivier Gerval expose au Japon, en France et à New York. »

Art, mode, quels sont vos domaines de prédilections ?

R La Création donne vie. Elle autorise le superflues, le raffinement fastueux par opposition aux choses ne relevant que de la stricte nécessité.

Pourtant la Création ne peut se résumer à cet aspect superfétatoire, puisqu’elle est l’origine des êtres et des choses. Elle est liée à nos émotions et, en ce sens est une nécessité, un style de vie qui devient un état d’âme, un sentiment qui touche au plaisir et à la réalisation de soi.

La Création est donc un aboutissement, une réalisation qui combine le plaisir et la souffrance.

Elle pose, par son décalage, ses contradictions, sa profondeur, son originalité provocatrice, un regard mélancolique qui fait écho à un âge d'or, un paradis à jamais perdu, au sein duquel rien n’est plus utile que l'inutile, rien plus profond que le superficiel et où l'élégance et l'art de vivre prime pour le plaisir de quelques-uns et le bonheur de tous.

Par extension, elle désigne tous les éléments et pratiques permettant de transcender le quotidien.

Le jeu des matières…pouvez-vous nous en parler ?

Extrait du livre Matières et matériaux/ Jean-Claude PRINZ / Olivier GERVAL / mai 2012

Pages : 130 à 137

P131/

« Sculptures en acier soudé et texturé »

Le sculpteur façonne, modèle, taille, coupe, polit, soude. La matière est essentielle, qu’elle soit martelée, chauffée, tordue… L’acier offre de nombreuses possibilités mais la principale contrainte est la corrosion, cependant Olivier Gerval utilise cette dernière pour créer des textures. Il donne à ce matériau l’apparence du bois par des abrasions, des polissages qu’il expose à l’humidité, puis il nettoie la surface rouillée qu’il vernit. La patine de l’acier Corten rappelle, également, l’aspect du bois, sa corrosion superficielle forcée permet à l’acier de résister aux conditions atmosphériques. Ariane Cauderlier, guide conférencière, explique dans une description de People, une sculpture installée à Vernon, dans l’Eure : « La surface du métal est travaillée de reliefs qui saisissent les moindres éclats de lumière, en particulier au soleil couchant. » Le métal ainsi « texturé » acquiert une vigueur et une tension virile qui irradie. La pureté envahit l’œil, les portes de l’infini s’ouvrent et offrent au spectateur la vie. Ce procédé insuffle à la matière l’âme, offrant à l’œuvre l’éternité. La spiritualité, c’est l’esprit opposé à la matière, et la sculpture est la représentation de l’artiste dans la matière »

Page 132/

« La force que les hommes emploient dans les arts montre que l’esprit guide la main et que le geste anime la matière. Le sculpteur introduit la pensée dans la matière, la forme et la couleur. Les sculptures d’Olivier Gerval sont faites de gabarits coupés dans des plaques d’acier. Ces morceaux sont assemblés par des soudures. L’acier est travaillé comme le papier ou le carton — tracé, coupé, roulé, plié, tordu, peint ou verni — pour lui donner un aspect aussi souple qu’un tissu. Rien d’académique dans son travail. La sculpture ne se limite pas au geste et à la reproduction d’une apparence, elle est symbolique. Elle a cette capacité à extraire l’essence des êtres ou des choses qui nous entourent afin de les révéler au monde. Comme le musicien avec le son, le peintre avec la couleur, le sculpteur combine matière, forme et couleur, pour stimuler les récepteurs sensoriels de celui qui regarde l’œuvre. Une sculpture peinte devient familière, elle parle à notre inconscient collectif en nous replongeant dans l’univers de l’enfant et des jouets. Toute sculpture est spirituelle. Dès lors, l’art devient un partage. »

Page 135/

« Sculptures en matériaux composites »

L’art est ici un combat, une alchimie qui transforme les métaux et autres composants en matériaux nobles. Olivier Gerval transcende l’acier ou les matériaux composites et leur insuffle la vie par les textures qu’il crée. Cette fusion des éléments — les fibres de verre ou de métal, les mastics, l’acier, les liquides, les peintures, les bandes Velpeau, et le feu — érige en principe la transformation de la matière comme source de création et d’innovation. La fibre de verre, appliquée en fine couche, s’illumine aux couleurs voulues, le bleu dans la sculpture La Vie . Ce revêtement fragile nécessite une armature suffisamment solide pour compenser le manque de matière, de même qu’un matériau composite est rendu plus solide lorsqu’il est renforcé par des fibres ou l’épaisseur des strates qui le composent. Les produits utilisés par les carrossiers, comme les mastics et les peintures, sont également des composants intéressants, repris d’ailleurs dans la confection des mannequins de vitrine. Ci-contre, il est possible de voir les effets de textures obtenus sur ces trois sculptures à partir de mastic cellulosique et de fibre de verre. L’ambition du sculpteur est d’exprimer le réel par le signe, et chaque sculpteur est l’expression de son époque et des matériaux qu’elle génère. L’artiste métamorphose la réalité quotidienne, le sculpteur n’a pas à justifier ses choix, il est un visionnaire, il imagine, représente et exprime l’indicible »

Page 137/

« Matériaux des éléments d’assemblage »

Son grand-père monteur en bronze a transmis à Olivier Gerval sa passion des objets confectionnés, moulés puis assemblés entre eux. Aussi ce dernier s’enflamme-t-il lorsqu’il entre chez Weber métaux, lieu emblématique des matériaux à Paris. Cette maison, fondée en 1889, commercialise des métaux sous toutes leurs formes, mais propose aussi de la visserie et de l’outillage. Ce lieu constitue une véritable matériauthèque et une source d’inspiration pour les designers. Tous les matériaux y sont exposés et des spécialistes guident les visiteurs et expliquent les techniques et les outils nécessaires à l’utilisation des plastiques, des métaux, des tiges, des barres, des tubes, des tôles, des toiles métalliques, des câbles, des fils, des billes… Olivier Gerval attache une grande importance à la visserie dans ses objets de design, la matière et les finitions des boulons et des écrous soutiendront le style. L’assemblage de matériaux de différentes textures permet d’obtenir des jeux de reflets par la juxtaposition de transparence, de brillance, le tout soutenu par le jeu de l’éclairage »

Introspection ; cage en Acier peint et verni, avec câbles d’Acier tendus autour de représentation en aluminium d’une tête peinte en bleu, de mains et de pied, le tout éclairé de spots, 60 × 60 × 240 cm, 1995.

Osmose ; Acier Corten, 360 × 360 × 450 cm, 1999

Etau ; Acier corrodé verni, miroir noir encastré, 75 × 45 × 110 cm, 1997.

Au loin ; Acier recouvert de bande Velpeau enduite de mastic cellulosique, de fibre de verre et peint. 49 × 91 × 143 cm, 1998.

Le Néant ; Acier corrodé verni, groupe de neuf personnages penchés sur un miroir noir placé dans un panneau de récupération brossé et verni, 230 × 200 × 160 cm, 1997.

Un lieu, un pays qui vous touche particulièrement ?

Les lieux prennent une dimension particulière au travers des yeux de l’autre, de ceux que j’aime, !

L’eau a une importance primordiale, Tokyo et New York restent des destinations privilégiées ; les bords de Seine, Vernon, Trouville et la côte normande où j’ai passé mon enfance et mon adolescence, sont des lieux de pèlerinage.

Y-a-t-il eu une influence sur votre travail ?

Mon éducation, par une mère excentrique et autoritaire, entouré d’animaux, en Normandie, ce qui fait de la nature un des fondements de ma philosophie. Je garde de cette enfance un souvenir de grandeur et décadence qui influence ma vie et mon œuvre. « Surmoi »

Le Japon où je réside, de 1991 à 2003 a également une influence primordiale dans mon œuvre qui ne se limite à la reproduction d’une apparence, elle est symbolique. Elle a cette volonté d’extraire l’essence des êtres ou des choses qui nous entourent afin de les révéler au monde et de plonger le spectateur dans un miroir qui fait échos à une sensibilité et à une mémoire collective. L’éclosion du « Ça » ;

Le voyage dans le temps et l’espace et le retour vers « moi », tout ceci, est l’expression antagoniste, d’un désir d’aller à la découverte d’un ailleurs, peut-être plus heureux, peut-être différent, mais en vérité, il est là, elle est là cette quête d’absolu, c’est tout simplement là, c’est ici.

Et comme, j’ai grandi à Vernon, il m’a paru évident, que leurs places étaient là, tout naturellement, tout simplement dans ce paysage au bord de la Seine.

Vous avez écrit 5 superbes livres, un 6ème ?

Je dirige deux collections de livres, je suis auteur de 5 livres et j’en prépare un nouveau…

Directeur et auteur de collections de livres :

2 collections de livres aux éditions Eyrolles :

1. CARNETS DE MODE, collection de livres qui invite à découvrir les coulisses de la mode et les secrets de ses métiers.

2. MAKE IT DESIGN, collection d’ouvrages qui traite du design au sens large

CARNETS DE MODE, collection de livres qui invite à découvrir les coulisses de la mode et les secrets de ses métiers.

1. Studio et produits/ Olivier GERVAL / février 2007

2. Accessoires de mode/ Olivier GERVAL / février 2008

3. Concept store/ Olivier GERVAL / Emilie KREMER/ octobre 2009

MAKE IT DESIGN, collection d’ouvrages qui traite du design au sens large

4. Matières et matériaux/ Jean-Claude PRINZ / Olivier GERVAL / mai 2012

5. Design et architecture de commerce/ Jean-Claude PRINZ / Olivier GERVAL /octobre 2013

Hommage à vos œuvres "People" à Vernon ; la matière, le projet, l'installation. Quelques mots pour nous faire partager votre travail.

« PEOPLE » le groupe sculptural

Les personnages qui ont pris place à côté du Vieux Moulin étaient auparavant installés au Japon. Cette sculpture est la matérialisation d’un rêve : « Par la fenêtre ouverte, la ville m’envahissait comme un océan de solitude, bercé par ce mouvement, j’ai été plongé dans un rêve éveillé et j’ai vu ces personnages de l’autre côté de la rive qui m’observaient … ».

Pour moi, Les bords de Seine à Vernon, sont ce voyage annoncé, cette promesse de l’aube d’un adolescent rempli d’espoir et de désirs.

People : Acier galvanisé et peint, 488 × 390 × 400 cm, 1996, Vernon.

L’expression « Les gens » n’ont ni masculin, ni féminin, ni singulier, pluriel uniquement (plurale tantum).

« People représente sept statues de tôle galvanisée peinte, hautes, pour les plus grandes, de 3,90 mètres.

Des personnages stylisés, dépouillés à l’extrême. Créé en 1996, l’ensemble a été exposé au Japon jusqu’en 1998, avant de trouver sa place définitive à Vernon, dans le square Laniel, où il a été inauguré le 30 avril 1999 par le maire de Vernon Jean-Claude Asphe.»

People ; Acier galvanisé et peint, 488 × 390 × 400 cm, 1998, Vernon.

Ses Sculptures empruntent au domaine de la mode, les techniques de coupe des vêtements pour les appliquer au travail du métal brut et de la fibre de verre. Elles sont faites de gabarits coupés dans des plaques d’acier qui sont assemblés par des soudures. L’acier texturé est travaillé comme le papier ou le carton — tracé, coupé, roulé, plié, tordu, peint ou verni — pour lui donner un aspect aussi souple qu’un tissu.

Représentations humaines de tailles différentes, composées dans un groupe statuaire qui illustrent : « La vie ». La vie qui réchauffe l’acier et donne aux matériaux utilisés des textures. « La surface du métal est travaillée de reliefs qui saisissent les moindres éclats de lumière, en particulier au soleil couchant », explique la conférencière Ariane Cauderlier dans l’ouvrage Matières et matériaux (Matières et matériaux, architecture, design et mode aux éditions Eyrolles 35€). Olivier Gerval entretient un lien particulier avec la ville de Vernon : « Cette ville a un certain esthétisme. Je me souviens qu’à l’époque, la forêt à côté du lycée me faisait penser aux atmosphères du film Blow up d’Antonionni. Je me promenai souvent le long de la Seine et mes désirs libéraient mon imagination au fil de l’eau ». Un parcours culturel extrêmement riche, avez-vous un projet, un objectif en cours ou cela sera la surprise ? O.G Nous travaillons avec mon partenaire sur la création de nouvelles œuvres et nous finalisons avec des amis un projet qui devrait voir le jour entre mai et septembre.

Merci beaucoup Olivier, bravo pour votre travail, un travail profond, fragile et à la fois fort où une carapace de fer émane de vos œuvres et nous renvoie à notre image, à une certaine solitude de l’homme.

Si vous êtes curieux , et souhaitez découvrir ses ouvrages , voici les liens...

http://www.editions-eyrolles.com/Recherche/?q=olivier+gerval http://www.editions-eyrolles.com/Collection/6266/carnets-de-mode?categorie=Loisirs http://www.editions-eyrolles.com/Collection/12033/make-it-design?categorie=Audiovisuel


 THE ARTIFACT MANIFAST: 

 

This is a great space to write long text about your company and your services. You can use this space to go into a little more detail about your company. Talk about your team and what services you provide. Tell your visitors the story of how you came up with the idea for your business and what makes you different from your competitors. Make your company stand out and show your visitors who you are. Tip: Add your own image by double clicking the image and clicking Change Image.

 UPCOMING EVENTS: 

 

10/31/23:  Scandinavian Art Show

 

11/6/23:  Video Art Around The World

 

11/29/23:  Lecture: History of Art

 

12/1/23:  Installations 2023 Indie Film Festival

 FOLLOW THE ARTIFACT: 
  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram B&W
 RECENT POSTS: 
 SEARCH BY TAGS: 
Pas encore de mots-clés.